top of page
  • christopheruaults

Bon appétit ?


Ils auraient dû appeler ça "Ridiculinaire". Mais non, à M6, on a préféré "Snack masters", plus accrocheur. Pourtant, en matière de ridicule, on est très vite arrivé à satiété. Et ce n'est que le premier numéro de cette émission (importée) mettant des chefs renommés au défi de copier des produits de l'industrie alimentaire (vite faits, vite avalés) que consomment les Français (burgers, chips, barres chocolatées, glaces...).


Voilà donc pour cette première Yoann Conte et Thierry Marx en mission pour imiter au mieux la recette gardée secrète du Big Mac, pardon du "burger iconique" (l'Arcom préfère), avant de se soumettre au jugement d'un jury composé d'une youtubeuse, d'un influenceur et d'une représentante de Mc Donalds. Le vide abyssal, qu'il s'agisse de la proposition gastronomique ou du programme télé. Mais surtout, quelle déception de voir deux chefs doublement étoilés se prêter à pareille mascarade. Une vaste opération de com pour les enseignes de fast-food en général et Mac Do en particulier, érigeant le Big Mac au rang de "produit culte" (mais sans que personne ne trouve rien à redire sur le fait, par exemple, que sa viande soit composée de 18 à 20% de matière grasse).


La toque du reniement revient sans conteste à Thierry Marx qui n'avait jusqu'alors jamais manqué une occasion de se payer le secteur de la malbouffe. Il y a encore 3 semaines, dans l'émission "ADN" sur le site de l'INA, il ne mâchait pas ses mots : "Aujourd'hui, on a une explosion du diabète de type 2, tous les médecins le confirment, on a un marqueur fort de la pauvreté qui est l'obésité, etc. Donc évidemment il y a une grande part de responsabilité dans ce type de restauration." Revirement à 180° (thermostat 9) dans "Snack Masters" où il écoute sagement la représentante de Mac Do faire la critique de son Big Mac et de ses frites. Mais au moins aura-t-il perdu face à Yoann Conte qui aura su le mieux s'approcher de la recette originale (au goût "légèrement acidulé", avec son pain "bien dense"). L'honneur est sauf.


Ch.R.

Commentaires


bottom of page