• christopheruaults

Je peux pas, j'ai "polémique"


Une belle occasion manquée. Mercredi dernier était lancé un cycle de formation et de sensibilisation des députés aux enjeux du réchauffement climatique. Une initiative impulsée par la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet. La conférence inaugurale était menée par des scientifiques chevronnés qui avaient pour mission de mettre à disposition des députés « un socle commun de connaissances partagées sur les changements climatiques et de la biodiversité ». Las ! Sur 577 députés, 115 s’étaient inscrits, une trentaine seulement ont finalement été présents - trente braves qui ont sauvé l'honneur de l'Assemblée. Quel dommage aussi que la tenue de cette conférence ait coïncidé avec la séance des questions au gouvernement - tous les mardis et mercredis après-midi au Palais Bourbon. C’est le moment préféré de nos parlementaires, celui où les journalistes se pressent dans la salle des Quatre Colonnes pour recueillir les petites phrases, les commentaires assassins ou les indignations vibrantes. Le jour où on peut gagner un peu de notoriété en montrant sa bobine à la télé, si possible en réagissant à la dernière polémique en date, de celles sur lesquelles les chaînes info font leur beurre pendant plusieurs jours. Et on aurait voulu que nos député(e)s se privent de cette exposition pour aller écouter des experts blablater sur l’urgence climatique dans une salle où l’on comptait 10 fois moins de journalistes que dans celle des Quatre Colonnes à la même heure ! Avec des politiques autant à la hauteur de leurs responsabilités et des défis qui s'annoncent, faut-il s'étonner de voir de simples citoyens s'asseoir au beau milieu du pont de Sèvres pour alerter sur l'avenir de la planète ?

Ch.R.