• christopheruaults

L'heure de trop



Le changement climatique n’est pas le seul fléau auquel l’humanité doit faire face, il y a aussi Pascal Praud. Chaque jour, il sévit dans l’émission "L’Heure des pros" sur CNews. Les récentes imprécations de celui qui se plaît à jouer les pourfendeurs de la bien-pensance sont édifiantes.

Au retour des vacances : « Je retiens de cet été brûlant que les Robespierre de l’écologie font tout pour instrumentaliser les canicules, les feux ou les sécheresses (…) Ils agissent au nom de la vertu pour masquer leur névrose (…) Le réchauffement climatique, on ne saurait le nier… Mais soyons vigilants face aux sornettes qui ont construit des sociétés de pénurie. » Il enchaîne : « J’ai vu qu’Agnès Pannier-Runacher veut fermer les portes des magasins ! (…) On en est là ! À cause de la climatisation. Ces gens sont hors-sol. Moi, je me suis baladé à La Baule, les commerçants m’ont dit : " Si on ferme notre porte, on perd 40% de notre chiffre d’affaires." Et on veut imposer de fermer la porte ! »


Nouvelles saillies après le tollé provoqué par les réactions de Kylian Mbappé et Christophe Galtier, l’entraîneur du PSG, suite à la polémique sur l’avion pris pour aller jouer à Nantes - le fou-rire de l’un et le « char à voile » de l’autre : « Les "Torquemada", les "Tartuffe", les Robespierre qui tombent ce matin à bras raccourcis sur Christophe Galtier illustrent que l'on ne badine pas avec la nouvelle religion qu'est l'écologie. Le char à voile est un blasphème, Galtier un hérétique, Mbappé un renégat. »

En verve, Il poursuit : « Le jet privé est le nouveau combat des Trissotins (…) Les grands prêtres sont sortis de leur église, de leur grotte ou de leurs gonds pour fustiger cette ironie mal placée. Ils éructent l'anathème, on ne rigole pas avec le CO2 (…) Je ne sais pas si l'entraîneur de Paris a eu raison d'envoyer les bien-pensants se faire cuire un œuf mais je préfère avoir tort avec lui que raison avec tous ceux qui l'attaquent. »

Alors de quoi Pascal Praud est-il le nom ? D’une ignorance crasse ? D’un égoïsme de nanti qui souffrira moins, et plus tard, du réchauffement climatique que les moins bien lotis que lui ? D’un plaisir jouissif à mettre de l’huile sur le feu ? D’un snobisme lui commandant de s’opposer par principe au plus grand nombre ? Un savant mélange de tout ça, probablement. Qui me laisse à penser que la sobriété énergétique commence par un geste simple : éteindre sa télé pendant "L’Heure des pros".